Pierre Tomy Le Boucher
Plasticien

Éloge de l’approximation

Une peinture à reconstruire à l’aide de la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions.

Interview : extrait

Angèle Carutti : « Pouvez-vous nous expliquer la mise en forme esthétique de vos réalisations ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « Bien sûr, cette plasticité, cet aspect stylistique sont liés à ma réflexion sur la transmission de la connaissance, elle-même liée à mes activités de communicant et d’enseignant. Je pense que la nouvelle connaissance induite par Internet et les moteurs de recherche change complètement notre attitude et notre mode de pensée face à la demande culturelle. En effet, l’Internet mobile permet à tout un chacun d’avoir une réponse pratiquement instantanée sur n’importe quelle problématique.

Avant Internet, la connaissance s’obtenait à partir de différents canaux : les parents, les amis, les enseignants, l’entourage et bien sûr les livres. Dans certains foyers trônait, dans la salle à manger ou le bureau, l’encyclopédie ou, de façon plus modeste, le dictionnaire. Si vous n’aviez pas la chance de posséder l’un ou l’autre de ces outils, il vous restait la bibliothèque du collège, du lycée, de la fac, du centre-ville...

Lire la suite...

J’ai retenu, depuis la révolution Internet, deux nouvelles techniques liées à la communication : le téléphone 3g/4g qui permet d’avoir l’Internet en tous lieux et les moteurs de recherche qui permettent d’obtenir une réponse quasi instantanée. Il en résulte de nouveaux comportements. Je vous donne un exemple, je me trouve dans la rue Jean Maridor, charmante petite rue du centre-ville d’Évreux bordée par des pavillons modernes affublés de toutes sortes de résineux aux verts si différents. Mais, qui est ce Jean Maridor ? J’inscris ce nom dans le moteur de recherche, ici Google. La réponse s’affiche. Sur le côté, trois lignes une date de naissance et une date de décès. « Jean Maridor est un aviateur français libre de la Seconde Guerre mondiale, mort en héros au combat au-dessus de la Manche. Wikipédia ».

En général, on remet son téléphone dans la poche et on s’exclame : « Ah, d’accord ! ». Alors que ce Jean Maridor est un homme extraordinaire. Il s’est sacrifié en poursuivant un V1 afin de le mitrailler à bout portant, sans aucune marge de dégagement : il a empêché la destruction d’un hôpital. Vous l’aurez compris, les milliards d’informations contenues dans l’Internet permettent un accès sensationnel à la connaissance. La plupart du temps, l’Internet mobile est utilisé pour obtenir une information très approximative, mais suffisante pour répondre aux besoins de l’internaute. Il s’agit d’une nouvelle nourriture.

L’information devient obsessionnelle : « au fait, il est mort ? J’ai déjà vu cet acteur, mais dans quel film ? Avant-propos Interview : extrait C’est où le Botswana ? Pour faire du béton, je ne me souviens plus des proportions entre le sable, le ciment et les cailloux. Qu’est-ce qu’il y a ce soir à la télé ? ». La question que je me pose : « quelle transformation va s’opérer sur la transmission de la connaissance par la génération des personnes nées à partir de 2010 et dont le foyer possède Internet et l’Internet mobile ? » Cette approximation va-t-elle modifier nos comportements ? Pour mettre en avant, pour illustrer ce questionnement, cette réflexion, je réalise une peinture approximative, imprécise, imparfaite à l’instar de la mise en place de cette nouvelle manière d’aborder la connaissance. Une connaissance approximative. C’est pourquoi les images que je propose ont une forme approximative, une inexactitude relative, une évaluation approchée. Mes images sont pleines de trous à la façon de la Gestalt : c’est-à-dire la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions.

Dans ce que je propose, les trous n’empêchent pas la compréhension de l’image, par contre, ils génèrent un contexte qui permet de se séparer de la réalité visuelle. J’aime mettre en place des constantes, des éléments signifiants ou encore un process pour rendre identifiable cette situation picturale. Dans la plupart des cas, le fond est blanc et les formes de couleur sont rarement présentées à fond perdu. Ces formes restent à l’intérieur de la toile. Il n’y a aucun dégradé de couleur. Il s’agit d’aplat. Dans les séries « Mythologie Reloaded », du porno à l’éro, nus à poils», je n’utilise jamais de courbes. Ces images sont structurées de figures géométriques planes dont chacune est formée de lignes brisées fermées, c’est-à-dire une suite cyclique de segments consécutifs : le polygone. La dislocation des éléments constitutifs de l’image ressemble à l’instantané d’une explosion. Comme l’explosion d’un miroir dont chaque brisure formerait de nouveaux reflets, une nouvelle perception de la connaissance. Cette connaissance dont les éléments épars ne permettraient plus de relier les idées entre elles.

La plupart de ces réalisations se nomment portrait, mais dans le sens de portrait-robot comme dans une enquête de police où le témoin fait de son mieux pour retrouver les traits d’un personnage. Souvent, le résultat est approximatif, mais la ressemblance est certaine.

Mythologie Reloaded

Déçu par l’attitude des hommes avec leur croyance monothéiste absurde où un dieu représenteraient le bien absolu, Zeus, roi des dieux décide que les Olympiens rejoindront les hommes pour 100 années. Par tranche de 10 ans, ils referont leur vie 10 fois. Cette étude comportementale permettra de déterminer le sort des hommes. Chaque dieu agira en solitaire. Zeus prévient : « Si par malheur vos regards se croisent, l’un d’entre vous deviendra mortel. Telle sera votre destinée ». Dans Mythologie Reloaded, Hadès, le frère de Zeus veut découvrir les réelles intentions de Zeus

C’était le 1er janvier de l’an 2000. Le monde était en effervescence, souvenez-vous le fameux bug de l’an 2000. C’est ce jour-là que les dieux sont arrivés sur terre. Zeus avait pris soin d’organiser leur arrivée. Tous les paramètres liés à la vie de chacun avaient été réglés : habits, logements, compte en banque, carte de crédit, curriculum vitae, carte d’identité, passeport. Aucun détail n’avait été laissé de côté. Zeus a choisi Paris.

Hécate, déesse de l’ombre et des morts, se nourrit des sentiments troublés de ses patients.

People

Les « People » sont des célébrités. Ce sont des personnes qui ont retenu l’attention du public. La plupart du temps cette célébrité a été mise en avant par les différents médias que sont le cinéma, la télévision, la presse, l’Internet. Les célébrités sont connues pour une carrière ou pour un fait. Elle est donc par essence de nature différente.

Alors, pour fixer l’homme, l’action, j’ai choisi le portrait. Ce choix pictural cherche à représenter l’apparence extérieure d’une personne, mais aussi son caractère, les sentiments qui l'agitent, sa vie intérieure. Cette représentation est une proposition parmi d'autres et elle est donc nécessairement une interprétation. La célébrité disparaît dans le temps. Quant à moi, j'en retiendrai un nom, un visage.

Benoît Hamon, né le 26 juin 1967
à Saint-Renan (Finistère)

Comma

Les images intermédiaires obtenues à partir de A et B possèdent des éléments sémiologiques et iconographiques perturbés. La nouvelle image appartient plus ou moins à son père et à sa mère. C’est avec soin qu’il faut sélectionner la bonne fréquence, la bonne composition. Il est nécessaire d’organiser le « hasard » obtenu par le calcul mathématique. L’expérimentateur reprendra chaque forme pour les positionner, les diminuer, les augmenter et jouer de leur teinte et de leur saturation. L’image terminée sera probablement remise en cause, le lendemain, guidée par les rêves ou les cauchemars d’une nuit de sommeil perturbé.

Le blanc de la toile surgit entre les formes issues d’un calcul sans compassion. L’image perd en lisibilité et devient approximative. Elle est pleine de trous à la façon de la Gestalt : c’est-à-dire la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions. Cette peinture est approximative, imprécise, imparfaite à l’instar de la mise en place de cette nouvelle manière d’aborder la connaissance.

L'archivolte pleine d'ombre de cette entrée inaccessible est aussi pure que si la pierre était coupée d'hier.

Nus à poils

Nous étions une vingtaine d’élèves devant la porte de la classe et nous attendions l’arrivée de notre professeur. Après s’être frayé un chemin, monsieur le professeur Gentil ouvre la porte en actionnant, avec difficulté et agacement, la serrure installée dans le sens inverse, pour soi-disant dissuader les voleurs. Après quelques instants, la porte s’ouvre sur un grand espace. Des chevalets sont disposés de façon circulaire autour d’un axe central représenté par une petite estrade recouverte de tissu.

Les élèves, armés de leur carton à dessin tacheté de noir sur fond vert, viennent se placer de façon anarchique au gré du flux imposé par le goulot de la porte d’entrée. Après quelques instants, chaque élève pose son carton à dessin sur son chevalet puis sort une feuille de papier au format raisin. Pour certains, celle-ci est ensuite coincée à l’aide des élastiques de fermeture du carton à dessin. Pour d’autres, ils ont recours aux pinces à dessin chromées. La gomme mie de pain est tenue dans la main gauche et le fusain dans la main droite. Chacun fait silence.

Nous sommes à l’école des beaux-arts, c’est le premier jour et le premier cours de modèle vivant.

Sexe : du porno à l'éro

Pour ces élèves, il y avait une idée de l’art qui tenait compagnie à une autre idée de la représentation de la femme et de la sexualité. Il s’agit d’un dérapage qui n’en finit pas. On part de la grande odalisque d’Ingres en glissant vers Olympia de Manet en passant par l’origine du monde de Gustave Courbet et peut-être pour arriver à Paul McCarthy et son oeuvre.

Ces élèves sont de la génération où l’apprentissage du sexe se faisait à l’aide du catalogue de La Redoute aux pages soutien-gorge, bas et slip. Plus tard, pour se donner l’air intelligent, on pouvait, si on avait les moyens, acheter le journal « Photo » et « Penthouse ». Soit on était « art », soit on était « vie urbaine » et, des fois , les deux. Dans tous les cas, on trouvait dans ces magazines des images pornographiques « soft » à la limite de l’érotisme.

Pour s’exciter, il était possible d’acheter des bandes dessinées pour adultes comme « Baghera », « Lucifera », « les comptes satiriques », « Jacula » et le plus drôle et le plus sexy : Sam Bot. Pour nous amuser, nous avions même inventé l’idée d’une héroïne qui s’appellerait « Spermula ».

Dans « La sexualité décodée », Luc François Dumas parle de pulsions mineures et de pulsions majeures.

Animaux

Dans la mythologie grecque, Prométhée, Épiméthée, Pandore, Deucalion, Pyrrha constituent la chaîne qui a permis la création des hommes et des femmes. Libations, sacrifices et offrandes organisent la vie des hommes. Du matin au soir, ils vivent de souffrance, de douleur, de responsabilité, de sentiments obliques et de quelques joies minimes. Les hommes s’organisent depuis des millénaires et n’arrivent toujours pas à créer une société de paix et de joie.

Les animaux ont la belle part à l’instar des Olympiens. Ils peuvent passer des journées à ne rien faire sans aucun sentiment d’ennui. Mon chien passe la plus grande partie de sa vie sur le canapé. L’autre partie de la journée se passe dans la cuisine. Dans un des coins de la pièce se trouve une gamelle à deux compartiments, l’un pour l’ambroisie, l’autre pour le nectar. Les hommes font-ils payer aux animaux la place qu’ils ont dans cet univers ?

Eléphant du mont Olympe

Portrait à la demande

Un cadeau réussi satisfait le besoin le plus intime de la personne qui le reçoit. Offrez un cadeau personnalisé : faites-vous plaisir avec un cadeau original, différent et surprenant à l’occasion d’un anniversaire, d’une fête de Noël, d’un anniversaire de mariage, d’un cadeau de retraite et offrir un témoignage d’amour en scellant une amitié sincère avec une belle marque d’affection et de solidarité.

À partir d’une ou de plusieurs photographies, je réaliserai le portrait à la manière du style graphique : « éloge de l’approximation ». En raison de ma charge de travail, il est conseillé de s’y prendre à l’avance. Cette réalisation peut être livrée en quatre formats selon votre choix : 50 × 50 cm, 75 × 75 cm, 100 × 100 cm, 200 × 200 cm. Vous recevrez une maquette pour acceptation.

Portrait de Jessika d'après photographie. Livré sur toile (quatre formats possibles).